Tous les articles par Andre Debuisne

Les États-Unis et leur double discours sur le développement durable

Le 25 Avril 2015 au Canada, au « ministère de l’Arctique » (Arctic Council ministerial), le secrétaire d’État américain John Kerry donna un beau discours sur le développement durable et les possibilités de l’énergie verte. Il parle des technologies existantes, en citant le photovoltaïque, qui apportent une solution écologique à notre consommation d’énergie  et dont nous pourrions appliquer dès aujourd’hui, dans le monde entier. Pour lui, c’est l’économie qui freine cette avancée, et il dénonce les grandes firmes trans-nationales qui ne poussent pas les gens à faire le bon choix. Il continue en parlant du programme des démocrates, et que le gouvernement du président Obama est focalisé sur les énergies vertes.

En effet, ce Mai 2015, la Maison Blanche dévoilait un nouveau plan d’actions pour la protection des abeilles et de certains papillons. Les abeilles, qui sont responsables d’un tiers de la production de légumes et de fruits dans le monde, disparaissent en grand nombre et sans raison. En 2014 déjà la Maison Blanche annonça la création de la Pollinator Health Task Force (chargés de la santé des pollinisateurs) et ils viennent d’annoncer un plan en trois étapes pour la protection de leurs pollinisateurs:

– réduire le taux de mortalité des abeilles à 10% l’hiver, contre 45 à 55% ces récentes années

– augmenter la population des monarques, espèce de papillons en voie de disparition (population réduite de plus de 90% ces dernières 20 années)

– restaurer plus de 28’000 km2 de terrains bruts pour les pollinisateurs, une mesure qui fait écho au premier article de notre charte de la biodiversité.

Ce plan d’action fut félicité par beaucoup, mais certaines associations jugent les mesures inefficaces et pas à la hauteur. Néanmoins, malgré l’incentive économique, ce plan d’action permettra la survie de certaines espèces et nous montre que le problème des insectes est pris au sérieux.

Après une bonne initiative de la part des États-Unis, la nouvelle fâchante de l’autorisation américaine du forage en Arctique peut surprendre plus d’un! Le président Obama à donné son accord au groupe hollandais Shell de forer  dans la mer de Chukchi en Alaska. Interviewé par Al-Jazeera, le président se défend en expliquant qu’il connaît les risques, les a mesuré et ne les juge pas trop graves. Le PDG de Shell quant à lui nous explique qu’il faut faire face aux réalités de l’industrie et de son marché. Malgré cela, cette décision provoqué une vague de stupefaction et de colère, démontrée par des manifestations de la part de GreenPeace à Seattle ainsi qu’en Alaska à proximité du bateau pétrolier hollandais.

De nombreuses initiatives sont prises aux États-Unis pour réduire la dépendance vis à vis des énergies fossiles, avec par exemple l’installation quotidienne et croissante de panneaux solaires. Néanmoins le pays devra trancher et choisir quelle direction il compte prendre, vers des énergies plus vertes ou une économie profitable, même si elle ne sera qu’éphémère en fin de compte.