Archives pour la catégorie LIENS

34 ONG dénoncent le quasi arrêt des aides à l’agriculture Bio en France

Texte de la Tribune

Les signataires :

  • Stéphanie Pageot, agricultrice, présidente de la FNAB
  • Jacques Caplat, secrétaire général d’Agir Pour l’Environnement
  • Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme
  • Laurent Pinatel, porte-parole national de la Confédération paysanne
  • Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac
  • Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France
  • Pascal Canfin, directeur général du WWF France
  • Jean-Claude Bevillard, pilote du réseau Agriculture de France Nature Environnement
  • Claire Nouvian, présidente de Bloom
  • Hervé Bedouet, président de la FADEAR – réseau de l’agriculture paysanne
  • Morgane Creach, directrice du Réseau Action Climat France
  • Jérôme Dehondt, porte-parole du Miramap
  • Marc Dufumier, président de la Plate-forme pour le commerce équitable
  • Sophie Dupraz, directrice du programme Alimentation Responsable et Durable de RESOLIS.
  • Gilles Bas, secrétaire fédéral de Nature & Progrès
  • David Erhart, agronome, Fédération Artisans du Monde
  • Jacques Godard, co-président de SOL
  • Dominique Hays, président du Réseau Cocagne
  • Gilles Huet, délégué général d’Eau et rivières de Bretagne
  • Gilles Lanio, président de l’Union Nationale de l’Apiculture Française
  • Martine Laplante, référente agriculture des Amis de la Terre
  • Patrick Lespagnol & Bernard Schmitt, co-président du Mouvement d’Agriculture Bio-Dynamique
  • Hervé Le Meur, OGM Dangers
  • Freddy Le Saux, président de Terre de Liens
  • Véronique Moreira, présidente de WECF France
  • Birthe Pedersen, présidente d’ActionAid France
  • Jean-Christophe Robert, directeur de Filière Paysanne
  • Emilie Sarrazin-Biteye, présidente de Max Havelaar France
  • Frank Alétru, président du Syndicat National d’Apiculture
  • Anne-Françoise Taisne, déléguée-générale du CFSI
  • François Veillerette, directeur de Générations Futures
  • Dominique Techer, président de Bio Cohérence
  • Françoise Vernet, présidente de Terre & Humanisme

Jeudi 27 juillet, jeudi noir pour l’agriculture biologique

Interpelez le ministre de l’agriculture maintenant en signant la pétition initiée par Agir pour l’Environnement et soutenue par la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique !
https://alaide.agirpourlenvironnement.org/

28.07.2017 – Décision du ministre de l’Agriculture, Stéphane TRAVERT, de ne prévoir aucun budget pour les aides à l’agriculture biologique dans les 3 prochaines années. Aucune nouvelle conversion biologique ne sera possible. Les producteur(rice)s bio de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) dénoncent ce renoncement politique historique.

Alors que le gouvernement affiche à travers les États Généraux de l’Alimentation (EGA) l’ambition d’engager la transition écologique de l’agriculture française, il a signé un premier renoncement majeur en refusant de soutenir l’agriculture biologique. La FNAB demandait un fléchage de 3 % a minima du 1er pilier vers le 2nd pilier de la PAC pour les seules aides bio afin que l’Etat puisse honorer ses engagements et financer les nouvelles demandes d’aides (conversion et maintien) sur la 2ème partie de la programmation (2017 à 2020). Le ministre Stéphane TRAVERT a décidé de transférer 4,2 % seulement du 1er pilier vers le 2nd pilier pour financer à la fois les MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques), les ICHN (indemnités compensatoires des handicaps naturels) et les aides à la bio, un montant que tous les acteurs du monde agricole savent très nettement insuffisant.

« Cette décision vient contredire les promesses de campagne du Président de la République sur les paiements pour services environnementaux (PSE) et l’introduction de produits bio dans les cantines » témoigne Stéphanie PAGEOT, Présidente de la FNAB. « Cela témoigne d’un manque criant de courage politique face à l’agro-industrie et l’agro chimie ».

Alors que le ministre évoque « un dialogue rénové et responsable [pour construire] les solutions permettant de construire l’évolution des modèles agricoles », il a prêté l’oreille la plus attentive à ceux qui n’ont cessé de conduire l’agriculture française dans l’impasse actuelle. Il a ignoré les attentes citoyennes et a choisi de préserver les déséquilibres en place depuis 1992 faisant passer les intérêts des plus puissants, FNSEA et AGPB en tête, devant l’intérêt général. La « révolution » promise par le candidat MACRON dans son livre-programme n’aura pas lieu : c’est un rendez-vous historique que vient de manquer le gouvernement français.

La FNAB déplore par ailleurs le signal très négatif envoyé à tous les producteurs(rices) qui ont le courage de changer leurs pratiques en passant en bio. Tout porte désormais à croire que les EGA ne seront qu’une mascarade.

Contact presse :
– Stéphanie PAGEOT, Présidente de la FNAB : 06 76 41 81 26
– Guillaume RIOU, Secrétaire national de la FNAB : 06 30 09 56 56

Communiqué à télécharger sur le site de la FNAB

LA BIO REPRÉSENTE 5,7% DES SURFACES AGRICOLES FRANÇAISES MAIS NE BÉNÉFICIE QUE DE 2% DES AIDES EUROPÉENNES… ET LE GOUVERNEMENT TROUVE ÇA ENCORE TROP !!! !

Comparateur de programmes des candidats à la présidentielle sur la solidarité internationale

Lors d’une présentation récente du développement durable dans un centre de formation pour adultes, une personne a dit : » De toute façon, comment pourrait-on faire pour qu’on soit entendu ? Nous ne pouvons rien faire… »


L’élection présidentielle n’est-elle pas l’occasion qui nous est donnée d’exprimer notre souhait que soient pris en compte les 17 objectifs auxquels s’est engagée la France auprès de l’ONU l’année dernière ? (http://www.un.org/sus…/…/objectifs-de-developpement-durable/)
Le 25 septembre, les pays ont eu la possibilité d’adopter un ensemble d’objectifs dans le cadre d’un nouvel agenda de développement durable. Chaque objectif a des cibles spécifiques à atteindre dans les 15 prochaines années.

Pour que les objectifs soient atteints, chacun doit faire sa part :

  • les gouvernements,
  • le secteur privé,
  • la société civile
  • et les citoyens.

Le GAB IdF lance la carte interactive des points de vente à la ferme BIO en Ile de France !

Version numérique de l’annuaire « Où acheter Bio d’Île-de-France »,
une carte interactive a été mise en ligne sur le site www.bioiledefrance.fr.
Elle répertorie plus de 70 fermes bio d’Île-de-France proposant de la vente à la ferme, de l’hébergement et de l’accueil pédagogique.
Disponible en version PC/tablette et mobile, elle vous accompagnera dans vos balades en Île-de-France et vous incitera à des détours gastronomiques.